Généalogie

La plus ancienne mère de mon arbre…

Reading Time: 4 minutes

Il y a d’abord eu Mélanie qui a publié ce tweet…

Puis la Fédération française de généalogie…


Alors, évidemment, je n’ai pas résisté à ouvrir mon logiciel préféré de généalogie pour vérifier qui se trouve au bout de la lignée !

A partir de maman (que j’embrasse à nouveau bien fort en lui souhaitant « bonne fête » !), je remonte de mère en mère jusqu’à la génération 10. Je vous ai déjà parlé de certaines de ces femmes, d’autres sont moins faciles à cerner et à raconter…

Ginette Hélène Jeanne CAMBESSEDE (G3)

Ma grand-mère maternelle a fait l’objet de plusieurs de mes articles, notamment celui-là.

Hélène Rosa ARMAND (G4)

De sa mère, ma grand-mère disait qu’elle était « très bonne, patiente, adroite et travailleuse ». Hélène est née le 11 septembre 1899 à Aigremont (Gard).

De son mariage avec André Cambessède le 11 décembre 1921 à Moissac-Vallée-Française (Lozère), village d’origine de son père, elle a eu 3 enfants dont l’aîné, Marcel, n’a malheureusement pas vécu plus de huit mois. La semaine prochaine, nous allons fêter les 95 ans de Dédée, Andrée, la deuxième. Ma grand-mère Ginette était la plus jeune, elle est décédée en 2004.

André et Hélène sont bien connus à Sommières (Gard) où ils ont longtemps tenu l’épicerie Casino avant de prendre leur propre boutique.

Hélène est décédée à Sommières à l’âge de 61 ans, le 30 novembre 1960.

Léonie Julie ALTIER (G5)

Léonie est née à Lézan (Gard), le 17 septembre 1875.

C’est une jeune fille tout juste majeure, elle a 22 ans, quand elle épouse Félix Armand à Saint-Jean-du-Gard (Gard), le 18 août 1898. De cette union naitront Hélène, Marcel, Adrienne, Jeanne (la seule que j’ai connu) et André.

Léonie est décédée à Saint-Jean-du-Gard le 29 janvier 1949, à l’âge de 73 ans. Son mari Félix lui a survécu 23 ans, il est mort à 102 ans.

Victoire Beatrix VALENCIN (G6)

Je ne sais pas grand-chose de sa vie pour le moment. Elle serait née le 23 décembre 1838 à Saint-Jean-du-Gard. Les archives du Gard n’ont pas encore mis l’état-civil en ligne et sur Brozer les registres sont lacunaires entre 1836 et 1842, je n’ai donc pas encore pu vérifier cette information… Il faudrait que je prenne le temps de demander l’acte à la mairie.

Avant d’épouser Frédéric Altier à Saint-Jean-du-Gard, le 16 mai 1873, elle a eu 3 enfants hors mariage : Marie, Étienne et Frédéric, qui sera le seul reconnu à l’occasion du mariage, la fratrie est complétée par Léonie, la seule a être née après le mariage.

Victoire est décédée à l’âge de 53 ans, à Saint-Jean-du-Gard le 29 février 1892.

Héloïse SOUJOL (SUJOL) (G7)

Héloïse est née le 22 août 1805, à Saint-Jean-du-Gard.

De son mariage avec Jacques François Valencin, le 27 octobre 1826, à Saint-Jean-du-Gard, elle a eu deux filles : Victoire Beatrix et Anathalie Marie. Elle exerçait une profession qui n’était pas rare dans les Cévennes : faiseuse de bas. En effet, au 19e siècle, l’industrie de la soie bat son plein dans la région.

Elle décède à l’âge de 39 ans, le 12 juillet 1845, à Saint-Jean-du-Gard qu’elle n’a vraisemblablement jamais quitté. Est-ce à cause de son travail qui était peut-être difficile ou pour des raisons de santé qu’elle est morte relativement jeune ? Je ne le saurais certainement jamais.

Jeanne GIRARD (G8)

Jeanne est née le 12 mars 1782 et baptisée par le pasteur Jourdan 2 jours après. Son acte de baptême est conservé dans un des registres protestants conservés aux archives communales de Saint-Jean-du-Gard.

Le 14 germinal an XI, autrement dit le 4 avril 1803, elle épouse Jean SOUJOL (SUJOL) qui exerce la profession de faiseur de bas. Même si cela n’est pas mentionné dans l’acte de mariage, il est fort probable qu’elle a, elle aussi, exercé cette profession.

Pour l’heure, je n’ai pas trouvé d’autre enfant qu’Héloïse.

Jeanne a eu une longue vie, elle est décédée le 13 janvier 1861 à Saint-Jean-du-Gard, elle avait 78 ans.

Jeanne SOUJOL (SUJOL) (G9)

De Jeanne, je ne sais que bien peu de choses. Elle est baptisée le 10 septembre 1756 à Saint-Jean-du-Gard par le pasteur Paul Dalgues, elle a 3 jours. Encore un acte conservé dans un registre protestant aux archives communales de Saint-Jean-du-Gard.

Elle a épousé Pierre Girard à une date inconnue. Pour l’heure, je ne leur connais qu’un enfant, Jeanne.

C’est le 24 mars 1805 à Saint-Jean-du-Gard qu’elle décède.

Suzanne BROUSSE (G10)

Suzanne est la dernière mère de cette lignée matriarcale. Sur elle, je n’ai pour le moment que très peu d’éléments. Je ne connais que le nom de son mari, Antoine SOUJOL (SUJOL), qu’elle a épousé à une date inconnue.

 

Je n’ai fait aucune recherche complémentaire pour écrire cet article, il s’agit de l’état de mes connaissances à ce jour… Mais j’ai bien évidemment allongé ma to-do-list déjà bien pleine pour cause de préparation du ChallengeAZ !

 

 

2 commentaires

    • Delph Valmalle

      Ça faisait un petit moment que j’avais commencé à travailler sur cette lignée mais je l’avais laissée de côté pour me mettre à la préparation du ChallengeAZ 😉 ton billet a été l’occasion de faire un point et de préparer l’après Challenge 😊 des fois que je m’ennuierais 😜

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *