ChallengeAZ_2019

L comme L’Argentière

Reading Time: 2 minutes

 

L’Argentière (Hautes-Alpes) tire son nom des mines d’argent qui se trouvaient sur le territoire de la commune.

L’activité minière

L’exploitation minière est attestée dans les textes médiévaux depuis le XIIe siècle. Elle a progressivement été abandonnée pour être relancée au XVIIIe siècle lors de la redécouverte du filon. C’est au XIXe siècle que la mine connaît son apogée avant que l’exploitation ne cesse définitivement au début du XXe siècle. Le domaine de la mine est livrée aux ferrailleurs dans les années 1930.

Dans les années 1990, il y a eu une importante opération d’archéologie industrielle qui a permis la mise à jour de plusieurs vestiges des bâtiments d’exploitation du XIXe siècle.

La commune a mis en place un programme de mise en valeur et il est aujourd’hui possible de visiter la mine d’argent du Fournel.

L’activité hydroélectrique
Réparation des grandes conduites forcées de l’usine – Source : Archives départementales des Hautes-Alpes

En 1909, une centrale hydroélectrique de 40000 ch, à l’époque la plus puissante usine hydroélectrique d’Europe, est construite à L’Argentière par Gilbert Planche, mise en service pour la Société Électro-Métallurgique Française (SEMF). Elle était alimentée par quatre conduites forcées dont deux autoportées pour le franchissement de la Durance et dotée de dispositions qui permettaient d’utiliser une hauteur de chute de 173 mètres. Sa puissance est de 52 MW dès la création, mais l’énergie que la centrale fournit à l’usine se réduit en hiver au quart de ce qu’elle est en été.

Une usine d’aluminium est ouverte au moment du rachat du site en 1910 par la Société électro-métallurgique de Froges, qui devient Péchiney lors de la fusion en 1921 avec la Compagnie des Produits chimiques d’Alais et de la Camargue. L’usine a fermé en 1988.

Et la généalogie dans tout ça ?

L’Argentière, c’est le lieu de naissance de belle-maman mais aussi d’un partie de sa branche maternelle.

En ouvrant le dictionnaire des lieux dans mon logiciel Hérédis, je note 11 naissances, 6 mariages et 4 décès à L’Argentière. Essayons d’y voir plus clair…

Naissances, mariages et décès recensés à L’Argentière dans l’arbre de mon chéri, avec les liens entre eux

Oui, je suis devenue accro aux cartes mentales… Merci Brigitte !!


Sources :

2 commentaires