Branche Cambessède,  Généalogie

Sur la piste de mon sosa 2020 – épisode 3, Victoire Béatrix

Reading Time: 4 minutes

 

En ce début d’année, je vous propose de me suivre sur la piste de mon sosa 2020 en parcourant la branche qui me relie à lui. Ainsi, chaque samedi jusqu’à fin février, je vous présenterai un portrait, de ma sosa 15 (4e génération) à mon sosa 2020 (11e génération) dont je ne connais que le patronyme pour le moment…

Voici donc le troisième des portraits, il s’agit de Victoire, ma sosa 63.

– – – – – – – – – – – – – – –

Victoire Béatrix VALENCIN est née le 23 décembre 1838 à Saint-Jean-du-Gard. Jacques François, son père, est tailleur d’habits et Héloïse S(O)UJOL, sa mère, est faiseuse de bas. Il faut dire que le XIXe siècle dans les Cévennes est vraiment l’âge d’or de l’industrie de la soie et du textile.

Héloïse décède, le 12 juillet 1845, à peine 4 mois après la naissance de sa deuxième fille, Anathalie Marie. Son décès est-il dû à des complications lors cette naissance ? Pour le moment, je n’ai pas trouvé d’élément me permettrant d’en apprendre plus… Victoire n’a que 6 ans. Son père se remarie dès le 29 avril 1846 avec Alix JEANJEAN, ce qui n’est pas très étonnant à cette période avec deux enfants en si bas âge. La petite Anathalie ne vivra pas plus de 4 ans, elle décède le 27 mars 1849 à Saint-Marcellin (Isère) où son père s’était installé. Nous en parlerons dans le prochain épisode…

 

Nous retrouvons Victoire à Saint-Jean-du-Gard, le 13 mars 1867, jour de la naissance de sa fille Marie.

Acte de naissance de Marie – Source : Archives communales de Saint-Jean-du-Gard

Marie est une enfant naturelle. J’espérais que dans son acte de mariage, avec César CABANE le 22 avril 1886 à Anduze, soit mentionné une reconnaissance mais ça n’est pas le cas… Je ne saurai jamais qui est son père !

 

Victoire a un deuxième enfant naturel, Étienne, qui nait le 3 décembre 1868 à Saint-Jean-du-Gard. Lui non plus, je ne connaitrai jamais son père ! Il part faire son service militaire en 1888. Entre octobre 1890 et octobre 1892, il passe deux ans en Afrique avec la 7e compagnie de Cavalerie de remonte, où il est cavalier de 2e classe sous le matricule n° 443. A son retour, il s’installe à Gallargues-le-Montueux où il décède, à l’âge de 26 ans, le 31 juillet 1895 d’une embolie cérébrale. C’est la première fois que j’ai « la chance » de voir la cause du décès notée dans l’acte !

Acte de décès d’Etienne – Source : Archives municipales de Gallargues-le-Montueux

 

Le troisième enfant de Victoire, Frédéric, est lui aussi naturel. Il nait de père inconnu le 27 avril 1873 à Saint-Jean-du-Gard. Victoire se marie le 16 mai 1873 avec Frédéric ALTIER et l’acte de mariage comporte également la reconnaissance de Frédéric « junior ».

Acte de mariage de Frédéric et Victoire, p. 1 – Source : Archives municipales de Saint-Jean-du-Gard
Acte de mariage de Frédéric et Victoire, p. 2 – Source : Archives municipales de Saint-Jean-du-Gard

Au passage, je note (non, je ne l’avais pas remarqué avant !) que celle que j’appelle toujours Victoire signe « Béatrix Valencin »… Il va peut-être falloir que je change mes habitudes !

Victoire Béatrix a eu un dernier enfant, légitime, dont je vous ai parlé la semaine dernière : mon arrière-arrière-arrière grand-mère Léonie qui est née le 17 septembre 1875 à Saint-Jean-du-Gard.

 

Il semblerait que Victoire Béatrix n’ait jamais quitté Saint-Jean. En 1888, quand Étienne part au service militaire, il y est domicilié avec sa mère. Tant que les recensements ne seront pas en ligne sur le site des Archives départementales du Gard, je ne pourrais pas vérifier cette hypothèse.

Toujours est-il que c’est à Saint-Jean-du-Gard que Victoire Béatrix s’éteint le 29 février 1892.

Acte de décès de Victoire Béatrix – Sources : Archives communales de Saint-Jean-du-Gard

Sources :

3 commentaires