Quand une composition française de 1959 me raconte des photos anciennes

Durant l’année scolaire 1958-1959, papa était en 6e moderne, division 2 à l’école militaire préparatoire de Billom. Pendant les grandes vacances, il avait envoyé plusieurs devoirs qui lui avaient été renvoyés, corrigés. Je viens de les trouver, dans une petite enveloppe glissée au milieu de ses livrets scolaires. Je vous en livre un, dont le sujet a particulièrement retenu mon attention, fautes comprises (!!!).

Composition2_sujet
Sujet de composition française de 1959, école militaire préparatoire de Billom – Source : papiers de famille

Vous avez découvert de vieilles photographies de famille, rangées dans un album ou enfermées dans une boîte. Vous les regardez avec intérêt en demandant aux grandes personnes de votre entourage de vous aider à connaître, ou reconnaître, les différents visages saisis par l’objectif.

Composition3
Composition française de 1959 – Source : papiers de famille

Un jour de pluie, en vacances chez ma grand-mère, je demandais l’autorisation de regarder dans une vieille armoire qui ne renferme que des archives. Ma grand mère qui ne sait jamais rien me refuser me l’accorde. Mon attention fut attirée par une boîte (format boîte de sucre) couverte de poussière, qui empéchait d’en deviner la couleur ficelée par une ficelle plutôt noircie que jaunie. Je la prenais dans mes mains et curieux d’en connaître le contenu, je l’ouvrais et je soulevais un petit papier tout fumé. Je découvrais des photos. Mais quelles photos ? Toutes plus ou moins palies, aux peintures effacées, les coins cornés, il y en a un grand nombre que je ne reconnaît pas. J’admire seulement les physionomies souriantes d’un couple de jeunes mariés devant la porte du temple, rieuses de deux petites filles qui sortent de l’école se tenant par la main, austère d’un vieillard assis sur un banc qui devait être un instituteur. J’en trouve qui me […]

Composition4
Composition française de 1959 – Source : papiers de famille

[…] paraissent plus récentes, je demande à ma grand-mère de me donner quelques détails.

Tout d’abord c’est celle d’un grand-oncle mort glorieusement pour la France à St Die le 26 Mai 1916. Il est habillé en uniforme du 7e Génie. Il a une attitude bien militaire et semble se renfrogner. Placée à sa suite, c’est mon arrière grand’mère maternelle à 96 ans l’année de sa mort. Elle était encore bien droite et avait une figure joviale malgré les rides nombreuses, les cheveux blancs comme neige coiffée d’un petit foulard noué sous le menton, chaussée de pantoufles noires, l’objectif l’a saisie devant la porte de sa maison. Puis c’est mes grands-parents. Avec leurs 7 enfants, 4 garçons 3 filles. Je prends plaisir a regarder maman qui avait alors 4 ans. Ses cheveux bouclés retombaient sur ses tempes, une robe a carreaux un peu trop longue pour sa petite taille, des petits botillons, elle tenait la main de sa plus jeune sœur qui vêtue d’une brassière et de petits chaussons de laine était assise sur les genoux de mon grand-père. Mes oncles avait un costume gris, bleu et chaussés de galoches. Grand-père et grand’mère paraissaient heureux d’avoir autour d’eux cette magnifique famille et je ne pus m’empêcher de rire de les voir plus petits que ce que nous sommes aujourd’hui.

Je refermais et rangeais la boîte à regret car j’aurai voulu connaître tout le passé de ces personnes qui viennent de défiler sous mes yeux. Ses photos sont de beaux souvenirs qui restent et que l’on aiment toujours à revoir.

Je ne résiste pas à vous donner l’appréciation notée sur le devoir

Ce serait un bon devoir de 6e, qui plaît et où l’on sent la sincérité, si vous aviez su éviter quelques fautes de français dont les plus grosses sont : l’emploi des temps, l’emploi équivoque du relatif et surtout l’absence de verbe qui rend vos phrases incohérentes ; ou alors c’est la ponctuation qui ne convient pas.

Publicités

#généathème 100 mots pour… Julie Sara Alphonsine

Née Julie Sara Alphonsine Cabanis le 15 avril 1888 au Moulin du Pompidou (Lozère), fille de Joseph Cabanis et de Nancy Sophie Blanc, tu es devenue Mme Aimé Jules Meynadier, le 26 août 1905. Ensemble, vous avez eu 7 enfants : Émile, Edouard, Numa, Paulette, André, Hélène, ma grand-mère paternelle, et Simone. Tu nous as quitté le 12 février 1983. Tu avais 94 ans, moi 8.

De ma génération 4, tu es la seule que j’ai connue. Et je me souviens très bien de toi, telle que sur cette photo prise chez ta fille, Simone, chez qui tu habitais à Saint-Jean-du-Gard.

MaméeJulie_1980s
Mamée Julie à Saint-Jean, 1980s – Source : photos de familles

Le cercle vicieux de mes projets généalogiques

Comme mon cerveau refuse depuis quelques jours de travailler pour le concours, je me suis remise à la généalogie. Pas que je me sois lancée dans de nouvelles recherches, non, j’ai décidé de mettre à plat les différents projets que j’ai démarrés pour faire un point avant de m’éparpiller encore plus. Il y a les projets que je m’étais fixés en début d’année… et puis ceux qui sont venus s’ajouter au gré du temps.

Les projets initiaux

Deux projets me tiennent à cœur pour cette année 2017 :

  1. Boucler à nouveau le ChallengeAZ – j’ai déjà une idée pour le thème 🙂
  2. Terminer l’article en cours d’écriture depuis le mois de juin dernier sur mon arrière-grand-père qui était employé du PLM

Trois autres, sans date de péremption, vont courir sur plusieurs années :

  1. Avancer dans le reclassement de mes dossiers généalogiques,
  2. Mettre en œuvre la photothèque prévue sur le blog,
  3. Vérifier les (très très très) nombreuses infos que j’ai relevées sur Filae et celles que j’ai retrouvées dans mes vieux dossiers papiers chez ma maman

Concernant mes deux projets principaux, je suis assez satisfaite. Je suis vraiment ravie d’avoir réussi à boucler le ChallengeAZ pour la 2e année consécutive ! Le format que j’avais choisi m’a permis de préparer les billets à l’avance tout en ayant assez peu de recherches à faire. Encore une fois, les chiffres de fréquentation de mon blog au mois de juin sont bien plus élevés que ceux des autres mois. Preuve qu’une publication régulière sur le blog entretient l’intérêt des lecteurs… J’ai clairement un travail à mener sur mon organisation pour publier de façon plus régulière, au moins une à deux fois par mois… L’article sur mon arrière-grand-père employé du PLM est toujours en chantier, il n’est pas le seul, mais vous me direz que 2017 n’est pas encore terminée !

Les projets à plus long terme sont en bonne voie. Le reclassement de mes dossiers, version numérique, est quasiment terminé et mon dossier « généalogie » sur l’ordinateur ressemble à ça maintenant :

Dossier généalogie

Soyons clairs, pour le moment, seuls les actes ont été traités… j’ai encore un peu de travail sur le reste ! Cette technique de classement me permet d’avoir pour chaque personne une ligne de vie virtuelle. Ma tentative de tenir une vraie ligne de vie sur Excel était loin d’être concluante, j’ai donc laissé tomber !

Le projet de photothèque avance doucement et je suis dans la phase de finalisation du plan de classement de mes fichiers numériques. J’ai commencé à photographier et scanner les photos en ma possession. Je me suis arrêtée avant d’être submergée par le nombre, je m’y remettrai cet hiver… ou au printemps prochain.

Le  reclassement des actes en ma possession m’a permis de faire un peu de vérification dans les informations que j’avais récolté sur Filae mais il y a un revers à la médaille…

 

Les projets imprévus

Début juillet, je suis passée à Heredis 2017. Et ce fut le début de la fin lorsque j’ai commencé à utiliser le nouveau tableau de bord et surtout l’onglet « suivi des recherches » ! Ses cases blanches m’ont fait réaliser que beaucoup des actes en ma possession ne sont pas encore enregistrés. Lorsque j’ai besoin de faire une pause parmi les révisions, j’avance la-dessus. Le nombre de cases blanches a diminué mais il y a encore du travail…

Suivi des recherches
Tableau de bord, suivi des recherches – Heredis 2017

Mais où est le problème me direz-vous ? Eh bien, je me suis rendue compte, en utilisant la saisie d’après un acte, que mon organisation des sources que je croyais géniale ne l’est en réalité pas tant que ça… Oui, j’ai entrepris une refonte complète de mon dictionnaire des sources ! J’ai décidé de limiter le nombre de sources génériques et de créer des sources plus précises, correspondant à chaque registre utilisé. Peut-être lorsque mon arbre sera plus étoffé faudra-t-il que je change mon fusil d’épaule parce que les sources se seront faites plus nombreuses.

Dictionnaire des sources.jpg
Dictionnaire des sources, en cours de refonte – Heredis 2017

Pour avancer dans mes recherches, je me sers beaucoup de Généanet et je me suis rendue compte que plus les sources sont précises dans les arbres que je consulte plus les recherches sont faciles pour moi. Comme j’y ai déposé mon arbre en espérant qu’il sera utile à d’autres généalogistes, autant que je leur facilite le travail au maximum 🙂

Et puis, ces fameuses cases blanches du suivi des recherches, j’ai décidé d’en faire passer le maximum au rose. J’ai donc édité un listing d’actes à rechercher dans les registres en ligne quand cela est possible ou à demander aux AD concernées quand ils ne le sont pas…

Enfin, j’ai sur le feu l’épisode 3 de l’enquête sur Frédéric qui est toujours en attente parce qu’il me manque LE document qui devrait tout débloquer et que je n’ai pas pris le temps de refaire la demande… la première ayant reçu une réponse négative. J’aimerais quand même bien le boucler avant l’hiver pour avancer sur les autres articles que j’ai en cours.

Ah, et j’ai déjà mon thème pour le ChallengeAZ 2018…

Il reste encore 4 mois avant la fin de l’année, il n’est pas dit que je n’ai pas encore une ligne ou deux à ajouter à la liste…

Z comme… zouave

Marcel Armand, le frère de mon arrière-grand-mère Hélène, est né le 16 juin 1901 à Aigremont. Je ne sais pas grand-chose de lui. Il s’est marié avec une certaine Odette et a eu 2 fils avec elle, Pierre et Robert. Il est décédé à Marseille le 12 juillet 1974.

Au moment de ses 20 ans, il est parti au service militaire, visiblement dans un régiment de zouaves. Ma grand-mère avait noté derrière cette photo qu’elle a été prise à Tunis. J’ai demandé la fiche matricule de Marcel aux AD 30 mais je n’ai pas encore eu de retour. J’espère qu’elle est bien conservée à Nîmes et qu’elle m’en apprendra un peu plus sur lui…

MarcelArmand_Tunis_ok
Marcel Armand, Tunis – Source : photos de famille

Et chaque fois, que je croise cette photo, je ne peux m’empêcher de fredonner la chanson de Serge Reggiani Le zouave du pont de l’Alma

 

C’était le dernier article du ChallengeAZ 2017, je vous remercie de m’avoir lue… et vous donne rendez-vous l’année prochaine pour un nouveau thème, sur lequel j’ai déjà commencé à travailler 😉


Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille

 

Y comme… yeux

Je vous l’ai dit, j’ai récupéré de nombreuses photos de famille. J’avais commencé à les trier mais j’avais arrêté pour préparer le concours. Lorsque j’ai repris le tri et le classement, je suis tombée sur celle qui suit que je connaissais déjà. J’ai à nouveau été attirée par le regard perçant de cet homme.

regard
Un regard perçant – Source : photos de famille

Un regard qui transperce. L’avait pas l’air commode, ce monsieur ! Puis j’ai retourné la photo… et là, quelle ne fut pas ma surprise de lire, noté au crayon et d’une écriture que je ne connais pas :

Altier Frédéric 117e Territorial
1e compagnie
110 Secteur Postal 110

Quoi ?! J’avais depuis tout ce temps une photo de Frédéric Altier, celui-là même sur lequel je mène l’enquête et dont je vous ai déjà raconté les épisodes 1 et 2. Mais pourquoi avais-je sur une autre photo identique noté « Frédéric Altier, père de mamée Léonie » – le père de mon Frédéric, donc – quand j’avais passé les photos en revue avec ma grand-mère il y a de nombreuses années ? Il faut croire que les souvenirs de Ginette n’étaient pas tout à fait exacts…

Le 3e épisode de cette enquête est en attente de réponses qui doivent me parvenir mais n’arrivent pas…

Voici la photo entière qui semble avoir été prise durant la 1e guerre mondiale mais je ne sais pas si c’est avant ou après sa blessure…

altier.valencin-frederic
Frédéric Altier, au 117e RIT pendant la 1e guerre mondiale – Source : photos de famille

Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille

X comme… xxx

Sur la plupart des photos que j’ai récupérées chez mes grands-parents, les personnes fixées sur la pellicule sont bien identifiées. Mais il y en a aussi quelques-unes, surtout des photos de groupe, sur lesquelles les personnes nous sont inconnues.

Je vous en propose deux, on ne sait jamais, peut-être parleront-elles à l’un ou l’une d’entre vous…

A identifier.jpg
Source : photos de famille

 

A identifier2
Source : photos de famille

Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille

W comme… week-ends

« Tous les dimanches, nous montions à Saint-Jean[du-Gard] voir les grands-parents sauf en été où nous allions (en camionnette) à la mer« . Voilà comment se passaient les week-ends pendant la jeunesse de ma grand-mère maternelle.

GinetteDédéeMaméeHélène_plage
Ginette et Andrée (debout) avec Hélène (assise, à gauche), à la mer – Source : photos de famille

 

Une fois les filles mariées, les week-ends continuent à se passer en famille, il y a seulement plus de monde sur les photos 🙂

famille cambessede
La famille Cambessède, à Saint-Jean-du-Gard (?) – Source : photos de famille

Quelques années après, les sorties se faisaient entre amis.

Manade
Sortie au pré, date inconnue – Source : photos de famille

Et puis, les sorties en famille ont repris…

 


Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille

V comme… Victoire

Victoire, un bien joli prénom. Pour l’heure, je n’en ai qu’une dans ma généalogie et elle se fait remarquer… Elle a eu trois enfants hors-mariage. Et puis est venue Léonie, mon arrière-arrière-grand-mère.

Marie, l’aînée, est née le 13 mars 1867 à Saint-Jean-du-Gard, je ne connais rien de sa vie, si ce n’est qu’elle est décédée le 2 avril 1952 à Anduze – merci la mention marginale. Les AD 30 n’ont pas encore mis l’état-civil en ligne, ce qui ne facilite pas les recherches. Je suis allée faire un tour sur les TD de mariages de Saint-Jean-de-Gard qui sont disponibles sur Brozer mais pour le moment, je n’ai trouvé aucune trace de Marie.

D’Étienne, je ne connais que la date de naissance, le 3 décembre 1868 à Saint-Jean-du-Gard. Je n’ai trouvé aucune trace de lui, ni dans les TD de mariages ni dans celles de décès.

Le dernier de ses enfants, vous le connaissez déjà. Il est le seul a avoir été reconnu, il s’agit de Frédéric dont je vous ai parlé ici et . Je m’étendrai donc pas sur son cas.

Revenons plutôt à Victoire…

victoire-frederic
Victoire (?) et Frédéric Altier – Source : photos de famille

Je ne suis pas certaine que ce soit bien Victoire qui soit sur cette photo, avec Frédéric Altier, son mari. Mais j’ai quand même une forte présomption. Ma grand-mère me racontait que Frédéric et sa femme, notre Victoire donc, reprenait des bars en faillite et les remontaient avant de les revendre.

Je ne sais pas grand-chose d’autre de sa vie pour le moment. Elle s’est mariée avec Frédéric Altier à Saint-Jean-du-Gard, le 16 mai 1873. C’est à cette occasion que Frédéric junior est reconnu. Elle est décédée à l’âge de 53 ans, à Saint-Jean-du-Gard le 29 février 1892, et son mari lui a survécu pendant plus de 10 ans : il est présent au domicile de son fils Frédéric à Carpentras lors du recensement de 1906.


Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille
  3. Registre des mariages, Saint-Jean-du-Gard, NMD – 1E27 M registre – 1873-1882, vues 20 & 21/296, disponible sur Brozer-Téléarchives
  4. Recensement de population, Carpentras 1906, Archives départementales du Vaucluse

U comme… utilitaire

Avant son mariage, mon grand-père Albert travaillait comme secrétaire dans l’usine de son oncle. A partir de 1947, il a intégré le commerce de ses beaux-parents. Il a commencé à faire les marchés avec le camion épicerie de ses beaux-parents.

Camion épicerie_Sauve2
Camion épicerie sur le marché de Sauve, 1950s – Source : photos de famille

Ensuite, Ginette a ouvert un magasin de laine, Phildar. Elle a eu une des premières franchises de la marque, la n°6 si je ne me trompe pas… et Albert a continué à faire les marchés mais en vendant de la laine.

Camion Phildar_1
Camion Phildar, 1960s – Source : photos de famille
Camion Phildar_2
Camion Phildar, 1960s – Source : photos de famille

Je n’ai pas connu ce camion. Je pense qu’Albert a arrêté de faire les marchés à la fin des années 1960. Tiens, il faudra que je pense à demander à maman…


Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille

T comme… tata Jeanne

JeanneArmand_juin1983
Jeanne Armand, juin 1983 – Source : photos de famille

Voilà comment je me souviens de celle que je n’ai jamais appelé autrement que tata Jeanne.

Jeanne Anaïs est née le 7 juin 1905 à Aigremont. Elle est la 4e des 5 enfants de Félix Jean Pierre Armand, papé vieillet qui est décédé centenaire, et Léonie Julie Altier. Elle ne s’est jamais mariée.

Je sais qu’elle était trieuse de laine, à la filature de Maison-rouge, mais qu’elle savait tout de même signer, comme en atteste sa carte d’identité que j’ai retrouvée.

CarteTanteJeanne_front01
Carte d’identité délivrée par l’État français, 1944 – Source : papiers de famille

Plus tard, elle est devenue gouvernante dans une famille de militaires. Ils avaient une grande propriété dans le centre-ville de Saint-Jean-du-Gard et elle habitait dans une dépendance. C’est là que nous allions la voir chaque fois que nous passions à Saint-Jean. Et nous avions droit à une réflexion bien sentie si jamais nous ne passions pas chercher la saucisse et le pot de pâté de chez Milou…

Elle était toujours présente pour les grands évènements, comme les anniversaires.

TataJeanne_annivDelphine
Anniversaire Delphine, novembre 1978 – Source : photos de famille

Elle nous a quitté en mars 1990 des suites d’une opération qui ne s’est pas bien passée…


Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille