Z comme… zouave

Marcel Armand, le frère de mon arrière-grand-mère Hélène, est né le 16 juin 1901 à Aigremont. Je ne sais pas grand-chose de lui. Il s’est marié avec une certaine Odette et a eu 2 fils avec elle, Pierre et Robert. Il est décédé à Marseille le 12 juillet 1974.

Au moment de ses 20 ans, il est parti au service militaire, visiblement dans un régiment de zouaves. Ma grand-mère avait noté derrière cette photo qu’elle a été prise à Tunis. J’ai demandé la fiche matricule de Marcel aux AD 30 mais je n’ai pas encore eu de retour. J’espère qu’elle est bien conservée à Nîmes et qu’elle m’en apprendra un peu plus sur lui…

MarcelArmand_Tunis_ok
Marcel Armand, Tunis – Source : photos de famille

Et chaque fois, que je croise cette photo, je ne peux m’empêcher de fredonner la chanson de Serge Reggiani Le zouave du pont de l’Alma

 

C’était le dernier article du ChallengeAZ 2017, je vous remercie de m’avoir lue… et vous donne rendez-vous l’année prochaine pour un nouveau thème, sur lequel j’ai déjà commencé à travailler 😉


Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille

 

V comme… Victoire

Victoire, un bien joli prénom. Pour l’heure, je n’en ai qu’une dans ma généalogie et elle se fait remarquer… Elle a eu trois enfants hors-mariage. Et puis est venue Léonie, mon arrière-arrière-grand-mère.

Marie, l’aînée, est née le 13 mars 1867 à Saint-Jean-du-Gard, je ne connais rien de sa vie, si ce n’est qu’elle est décédée le 2 avril 1952 à Anduze – merci la mention marginale. Les AD 30 n’ont pas encore mis l’état-civil en ligne, ce qui ne facilite pas les recherches. Je suis allée faire un tour sur les TD de mariages de Saint-Jean-de-Gard qui sont disponibles sur Brozer mais pour le moment, je n’ai trouvé aucune trace de Marie.

D’Étienne, je ne connais que la date de naissance, le 3 décembre 1868 à Saint-Jean-du-Gard. Je n’ai trouvé aucune trace de lui, ni dans les TD de mariages ni dans celles de décès.

Le dernier de ses enfants, vous le connaissez déjà. Il est le seul a avoir été reconnu, il s’agit de Frédéric dont je vous ai parlé ici et . Je m’étendrai donc pas sur son cas.

Revenons plutôt à Victoire…

victoire-frederic
Victoire (?) et Frédéric Altier – Source : photos de famille

Je ne suis pas certaine que ce soit bien Victoire qui soit sur cette photo, avec Frédéric Altier, son mari. Mais j’ai quand même une forte présomption. Ma grand-mère me racontait que Frédéric et sa femme, notre Victoire donc, reprenait des bars en faillite et les remontaient avant de les revendre.

Je ne sais pas grand-chose d’autre de sa vie pour le moment. Elle s’est mariée avec Frédéric Altier à Saint-Jean-du-Gard, le 16 mai 1873. C’est à cette occasion que Frédéric junior est reconnu. Elle est décédée à l’âge de 53 ans, à Saint-Jean-du-Gard le 29 février 1892, et son mari lui a survécu pendant plus de 10 ans : il est présent au domicile de son fils Frédéric à Carpentras lors du recensement de 1906.


Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille
  3. Registre des mariages, Saint-Jean-du-Gard, NMD – 1E27 M registre – 1873-1882, vues 20 & 21/296, disponible sur Brozer-Téléarchives
  4. Recensement de population, Carpentras 1906, Archives départementales du Vaucluse

U comme… utilitaire

Avant son mariage, mon grand-père Albert travaillait comme secrétaire dans l’usine de son oncle. A partir de 1947, il a intégré le commerce de ses beaux-parents. Il a commencé à faire les marchés avec le camion épicerie de ses beaux-parents.

Camion épicerie_Sauve2
Camion épicerie sur le marché de Sauve, 1950s – Source : photos de famille

Ensuite, Ginette a ouvert un magasin de laine, Phildar. Elle a eu une des premières franchises de la marque, la n°6 si je ne me trompe pas… et Albert a continué à faire les marchés mais en vendant de la laine.

Camion Phildar_1
Camion Phildar, 1960s – Source : photos de famille
Camion Phildar_2
Camion Phildar, 1960s – Source : photos de famille

Je n’ai pas connu ce camion. Je pense qu’Albert a arrêté de faire les marchés à la fin des années 1960. Tiens, il faudra que je pense à demander à maman…


Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille

T comme… tata Jeanne

JeanneArmand_juin1983
Jeanne Armand, juin 1983 – Source : photos de famille

Voilà comment je me souviens de celle que je n’ai jamais appelé autrement que tata Jeanne.

Jeanne Anaïs est née le 7 juin 1905 à Aigremont. Elle est la 4e des 5 enfants de Félix Jean Pierre Armand, papé vieillet qui est décédé centenaire, et Léonie Julie Altier. Elle ne s’est jamais mariée.

Je sais qu’elle était trieuse de laine, à la filature de Maison-rouge, mais qu’elle savait tout de même signer, comme en atteste sa carte d’identité que j’ai retrouvée.

CarteTanteJeanne_front01
Carte d’identité délivrée par l’État français, 1944 – Source : papiers de famille

Plus tard, elle est devenue gouvernante dans une famille de militaires. Ils avaient une grande propriété dans le centre-ville de Saint-Jean-du-Gard et elle habitait dans une dépendance. C’est là que nous allions la voir chaque fois que nous passions à Saint-Jean. Et nous avions droit à une réflexion bien sentie si jamais nous ne passions pas chercher la saucisse et le pot de pâté de chez Milou…

Elle était toujours présente pour les grands évènements, comme les anniversaires.

TataJeanne_annivDelphine
Anniversaire Delphine, novembre 1978 – Source : photos de famille

Elle nous a quitté en mars 1990 des suites d’une opération qui ne s’est pas bien passée…


Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille

R comme… ressemblance

Il parait qu’il y a une légère ressemblance entre les femmes de ma branche maternelle, à l’exception de maman qui a pris du côté de son père. Je vous laisse juges…

Mamée Léonie_1946 ou 47
Léonie Altier, ma sosa 31 – Source : photos de famille
Hélène Armand2
Hélène Armand, ma sosa 15 – Source : photos de famille
Ginette2
Ginette Cambessède, ma sosa 7 – Source : photos de famille
Delphine
Delphine, autrement dit moi 🙂

Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille

Q comme… quille

La quille, la fin du service militaire. André Cambessède était de la classe 1921. A cette date, le service durait 3 ans, ce n’est qu’en 1923 que la durée a été ramenée à 18 mois. Je dois demander sa fiche matricule au AD 30 pour en savoir un peu plus sur cette période. Mais j’ai trouvé dans les photos de famille ces deux photos.

Papé André soldat
André Cambessède (la croix) lors de son service militaire, entre 1921 et 1924 – Source : photos de famille
Classe21_papéCambessède
André Cambessède (rang du milieu, avec la cigarette) au service militaire – Source : photo de famille

Cette dernière photo pourrait-elle avoir été prise au moment de la quille ? Cela me semble plausible vu les clairons du premier rang et le peu de « tenue » de ces jeunes…


Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille

P comme… Pierrot

Tout le monde l’appelait Pierrot. Pierre Viala était le cousin de ma grand-mère, le fils de tonton René et tata Jeanne de la Baumette. Jeune, il passait ses vacances avec Andrée et Ginette…

Pierrot2
Andrée et Pierrot, date inconnue – Source : photos de famille

J’ai également trouvé une photo de lui lorsqu’il était à l’armée. Il faudrait que je trouve sa date de naissance pour demander sa fiche matricule. Ça me permettrait de vérifier les infos que j’ai : il semblerait que ça soit en Algérie, vu ce qui est noté au dos de la photo. Etait-il soldat là-bas pendant les « évènements » ?

Pierrot
Pierrot Viala à l’armée en Algérie, date inconnue – Source : photos de famille

Il était éleveur de vaches et maquignon. J’ai d’ailleurs une anecdote à ce propos. Il y a une vingtaine d’années, nous étions allés passer le dimanche en famille au col de Bonnecombe pour la fête de la Transhumance. Comme à chaque fois, maman avait acheté des tickets à la tombola. Le mardi matin, je révisais mes cours dans mon studio montpelliérain quand maman m’a téléphoné pour m’annoncer que nous avions gagné à la tombola, le prix étant… une vache prête à mettre bas ! Nous avons appelé Pierrot au secours qui nous a sorti de ce mauvais pas.


Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille

O comme… opération

Je vous ai déjà parlé du « papé vieillet », le centenaire… Aujourd’hui, nous allons revenir un peu plus en détail sur l’opération qu’il a subi alors qu’il avait 102 ans ! L’article auquel il a eu droit dans le journal à l’époque nous permet d’en apprendre un peu plus sur sa vie quotidienne…

Article du Midi Libre sur l’opération de Felix Armand, 102 ans – Source : papiers de famille

 

Article du Midi Libre sur l’opération de Felix Armand, 102 ans – Source : papiers de famille

Tout d’abord, on apprend que c’est la première opération chirurgicale qu’il subit de sa vie ! Et qu’à 102 ans, et malgré un col du fémur fracturé, il présente « les signes d’une santé hors du commun » et une « jeunesse organique« , ce qui ne manque pas d’émerveiller le médecin chargé de l’opérer. Ce dernier a donc pu poser une vis-plaque, « une sorte de prothèse en remplacement de l’os défaillant » pour permettre au malade de retrouver l’usage de sa jambe. Opération qui « a réussi à merveille […] M. Armand peut-être considéré comme le doyen des opérés« . Cette opération ne lui a pas enlevé « ses yeux malicieux, sa constante bonne humeur et […] sa démonstrative joie de vivre« .

Felix avait-il eu une vie si facile pour être en aussi bonne santé ? Que nenni ! Il était bousquatier, autrement dit, il travaillait dans une châtaigneraie de ses Cévennes natales. Une des tâches récurrentes de ces hommes rudes était de refaire les faïsses qui s’affaissaient avec les grosses pluies automnales. La terre éparpillée sur les pentes était récupérée et transportée « à dos d’homme dans des hottes d’osier » puis déversée à nouveau sur les terrasses…. jusqu’au prochain déluge.

Il faut croire que le menu quotidien des cévenols « la soupe de châtaigne, le morceau de lard qu’on mange avec le gros pain, le vin aigrelet » donne la robustesse nécessaire pour accomplir ces tâches difficiles et vivre vieux !

 

NB. Aujourd’hui, les épisodes cévenols – comme les appellent les météorologues – sont surveillés avec attention car ils peuvent avoir des répercussions jusque dans le bas-pays. J’en ai quelquefois fait l’expérience à Sommières, notamment en 2002 puis en 2003…


Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille

N comme… noce

Nous avons vu que l’idylle débutée au Grau du Roi a connu des rebondissements… Et pourtant, c’est un « dimanche d’octobre en sortant du cinéma » que Ginette et Albert ont décidé de se marier. Il n’a pas été facile de convaincre la mère du futur marié. Rosita était une catholique fervente et voyait d’un mauvais œil que son fils épouse une jeune fille protestante.

Pourtant, le 23 janvier 1947, Ginette et Albert ont convolé.

MariageAlbertGinette2
Ginette et Albert le jour de leur mariage, 23 janvier 1947 – Source : photos de famille

Comme la future était protestante, la cérémonie du mariage a eu lieu dans la sacristie de l’église de Sommières. Ginette portait une robe blanche et « un petit bouquet de roses et de pois de senteur« , Albert un costume noir que sa belle-mère avait fait faire. Il n’y avait pas d’enfants d’honneur. Il faisait extrêmement froid, il gelait et « l’eau était glacée dans les caniveaux« .

Le repas de mariage a eu lieu dans un restaurant de Sommières. Les 17 invités ont été intoxiqués par les braseros qui chauffaient la salle et tombaient « comme des mouches« , « seule mamée Lhérisson [80 ans] a tenu le coup » !

Les nouveaux mariés sont partis en lune de miel quelques jours après. D’abord, Montpellier puis Nice d’où ils ont décollé pour la Corse. Ils sont revenus en bateau et ont profité du carnaval de Nice avant de rentrer à Sommières. Le voyage de noces a duré un mois !


Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille

M comme… Metge

Léonce_Lucie Metge
Léonce et Lucie Metge, date inconnue – Sources : photos de famille

Parmi les photos anciennes que j’ai récupéré, il y a celle-ci. Je sais seulement qu’elle représente Léonce et Lucie Metge. A priori, ils font partie de la famille mais je n’ai pas encore trouvé le lien et je ne suis même pas sûre que ça soit sur ma branche maternelle… mais je l’aime bien alors je la partage avec vous 🙂


Sources :

  1. Abécédaire ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff, disponible sur Gallica
  2. Papiers et photos de famille